Adieu tristesse,
Bonjour tristesse.
Tu es inscrite dans les lignes du plafond.
Tu es inscrite dans les yeux que j’aime
Tu n’es pas tout à fait la misère,
Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent
Par un sourire.

Paul Éluard, “À Peine Défigurée” (La vie immédiate, 1932)

[button link= »http://brunierpierre.fr/wp-content/uploads/2018/07/demo-img.jpg »]Bonjour tristesse[/button]